Humain trop Humain ! Quelle saison !

Du même nom et dessein que l’œuvre philosophie de Nietzche, Humain Trop Humain sert les esprits libres et leur est dédié.
Le centre de création contemporaine a sorti son programme pour la saison 2017/2018, décalé et attirant, à l’image de la jeune photographe Izumi Miyazaki chargée d’illustrer le programme de ses autoportraits surréalistes, avec pour consigne « fais librement ce que tu veux ! ». On vous en dit plus !

Véritable lieu de rencontres où les esprits pétillent et fourmillent d’idées, on y célèbre la vie créative sous toutes ses formes, et on invite le public à y prendre part ou à s’en faire le témoin. HTH est, depuis 2017, membre du fond de soutien à la création contemporaine en Occitanie, mais ne s’arrête pas en si bon chemin : les professionnels de HTH proposent des workshops, des projections, des stages, des formations, le projet Babel prévoit des rendez-vous et des séminaires avec des artistes, des intellectuels, des universitaires, et le laboratoire de création numérique a lancé des recherches sur la relation entre les arts numériques et les arts de la scène, le Mèq, qui fait son propre festival depuis l’an passé ! Sans oublier les ateliers en tous genres, un atelier costumes, d’initiation au dessin et à l’impression 3D, d’initiation à la musique électronique, de création de jeux vidéo, d’initiation à la robotique… tout est mis en œuvre pour allumer la petite étincelle en vous. Une fourmilière vous a-t-on dit, où chacun amène sa petite pépite à l’édifice, le tout très bien organisé et débordant de talents. HTH se fait son propre centre de production et accompagne des artistes de leur découverte à la présentation au public. Et la troupe permanente qui occupe le théâtre d’Humain Trop Humain n’est pas en reste et assure la création de nouvelles productions.
Cette saison 2017/2018 est le fruit d’une effusion incroyable de créativité, avec 25 propositions rassemblées par Rodrigo Garcia et son équipe, dont 7 créations, parmi lesquelles deux productions originales de HTH.
Dans le cadre du Mèq Festival, No-one is an island, de Juan Navarro et Ignasi Duarte, qui nous plongent, au travers du récit d’un enfant, au cœur d’un univers créé artificiellement, dans lequel les lois de l’univers que l’on connaît ne sont pas en vigueur, où l’espace et le temps n’existent pas. Une immersion dans une expérience humaine hors du commun et étrangement réaliste.
La seconde est une nouvelle création de Rodrigo Garcia, Evel Knievel contre Mac Beth, na terra do finado humberto, présentée en novembre à HTH puis en tournée en Espagne, en Argentine… Une pièce improbable à raconter, HTH le fera mieux que nous : « une fiction dans laquelle deux filles à première vue normales nous confirment qu’en effet elles ne le sont pas. A tel point que de filles anormales elles deviennent des sorcières, qu’elles se désintègrent et se réintègrent en Jeanne d’Arc, qu’elles renaissent jumelles, l’une en Arctique, l’autre aux Caraïbes, et toutes deux ne parlent qu’une langue douce et vénéneuse : le guarani. ».
Une nouvelle programmation pleine de surprises, dans un lieu surprenant, avec des gens surprenants… pas de surprise, vous serez surpris.

Pauline Lammerant

A redécouvrir également l’interview exclusive de Rodrigo Garcia Page 14 de notre numéro #64 – Hiver 2016 ICI

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *